Accueil > Actualités > Nos Actualités > Actualité Détail
Retour

On (re)découvre LA TETE CARRÉE

On (re)découvre LA TETE CARRÉE Vous avez certainement déjà remarqué ce bâtiment un peu particulier. Certains l’adorent quand d’autres ont des mots plus durs. Le qualifiant même de pollution visuelle urbaine…. Une chose est sûre, la Tête Carrée de Nice, qui se trouve au croisement de l’avenue St Jean Baptiste et traverse Barla, ne laisse personne indifférent.
 
Elle est devenue au fil du temps un repère urbain, presque une personnalité niçoise.
Nice était dotée avant la construction de la bibliothèque Louis Nucéra de 15 lieux culturels épars, une médiathèque et 3 médiabus. En 1994, le Conseil Municipal décide d’acquérir le site sur la Promenade des Arts et d’y installer un lieu plus adapté, plus moderne. La Bibliothèque Municipale Louis Nucéra est le moteur du  réseau  de la BMVR  (bibliothèque municipale à Vocation Régionale). Ce réseau est composé de  la bibliothèque Romain Gary, et 12 bibliothèques de quartiers comme l’Ariane, Caucade, ou encore Magnan. C’est un programme lancé par l’Etat pour contre balancer la bibliothèque Nationale François Mitterrand. Ce label que la ville de Nice obtient, est proposé pour les villes de plus de 100 000 habitant qui construisent plus de 100 000 m2. Chacune de ces bibliothèques peut décider de ses acquisitions et de ses animations ; néanmoins elles doivent toutes conserver les règles émises par la bibliothèque centrale.
 
Qui se cache derrière cette construction pour le moins originale ?
 
Jacques Peyrat alors maire de Nice, lance un concours en 1994  d’aménagement  culturel. Les architectes Francis Chapuis et Yves Bayard présentent la construction de  leur projet de bibliothèque. Ces 2 architectes sont associés au sculpteur Niçois Sacha Sosno. C’est donc ensemble qu’ils imaginent et réalisent ce monument. C’est la première  sculpture habitée.  La tête est inaccessible au public, elle abrite en son sein les bureaux administratifs de la bibliothèque Louis Nucera. Le bâtiment mesure 30 mètres de haut, dont 3 étages sont dans le cou et 4 dans le cube proprement dit.
Certaines parties sont construites en aluminium par des charpentiers et ébénistes qui officient habituellement pour la marine.
 
Sasha Sosno a appliqué, en imaginant cette bâtisse, sa technique de l’oblitération qui consiste à effacer une partie de l’image, de l’œuvre pour que le spectateur puisse librement l’imaginer.
 
Il découvre cette technique en pratiquant la photographie.  « En supprimant presque machinalement certaines zones de la photo avec un feutre, je vis apparaître une image qui pouvait être un support de perception esthétique. Ma notion d’oblitération était née. Désir qui s’est ensuite déplacé à l’utilisation du concept de « cache-cache » à la sculpture et aux archétypes historiques » explique-t-il dans un entretien à la revue Lou Can, en avril 2012. Ainsi, c’est le spectateur qui fait l’œuvre. L’imaginaire comble le vide. La signification est plus forte.
 
L’alignement du Théâtre National de Nice, du Musée d’Art Moderne et de la Bibliothèque Louis Nucéra crée une synergie culturelle forte à Nice. Elle se termine en remontant vers la coulée verte, la mer et la Promenade des Anglais, symboles de notre ville et de son art de vivre….
 
Retour
Accès direct : Immobilier côte d'azur - Immobilier Beaulieu - Immobilier Eze - Immobilier Nice - Immobilier Villefranche sur Mer - Immobilier Saint Jean Cap Ferrat .
Accès direct villa : Villas côte d'azur - Villas Beaulieu - Villas Eze - Villas Nice - Villas Villefranche sur Mer - Villas Saint Jean Cap Ferrat
www.cap-ferrat-properties.com
Vendredi 15 Décembre 2017 -  - © 2017 Administration identification GEMEA Interactive - Me désabonner de la newsletter